C’est magique – On raconte

On raconte les Jeux Inter Quartiers ? Oui ? Y a du boulot ! Personnellement c’est pas la forme olympique, mais ça va s’arranger au fil des siestes. J’ferais pas ça tous les jours, même pas tous les ans ! C’est un truc de malades !

Mais tout d’abord au préalable et en préambule, en guise de préface, avant d’y aller vraiment, précisons ceci :

Vous allez découvrir quelques photos sur lesquelles vous êtes susceptibles de figurer à l’insu de votre plein gré ou presque. En vertu de votre droit à l’image vous pouvez en demander le retrait. Bien que ce soit votre droit le plus strict, on vous le déconseille pour plusieurs raisons :

La première c’est qu’il faudra réveiller le blogueur et donc lui demander de bosser, et ça, ça comporte des risques dont vous ne pouvez soupçonner les conséquences.

La deuxième c’est que vous ne pourrez jamais prouver que vous y étiez, aux JIQ 2010, et ça, pour se faire coller la honte par vos voisins, c’est de première : « Waouhhh le nul, l’était même pas aux JIQ 2010 ». Ceci étant adaptable au féminin et au pluriel : « Waouhhh la nulle, (les nuls, les nulles)… etc. »

La troisième, c’est que VOUS pouvez coller la honte à vos voisins qui n’y étaient pas : « Hou les voisins… vous avez loupé ça, regardez un peu comme on est beaux » ou la variante plus modeste : « Hou les voisins regardez un peu comme on est là » si vous avez une plus piètre opinion de votre personne ou un peu plus de lucidité.

L’autre alternative à cet éventuel dilemme c’est que ni vous ni vos voisins ni vos amis n’ayez Internet en fait. Pas de lézard. Tout baigne ! Surtout qu’il ne faut pas perdre de vue que se retrouver avec sa trombine sur la toile, c’est s’exposer à être vu par le monde entier, donc par des individus comme eux :

ou elle :

Voire pire

Pas de regrets ? C’est parti, on y va !

Évacuons tout de suite les quelques tracas, dont nous avons eu connaissance, survenus au cours de cette journée afin de les oublier au plus vite dans l’euphorie qui suivra. D’abord un léger incident au carrefour rue de la Liberté, rue de Bamako

Et un autre mettant aux prises deux véhicules dont l’identité a été volontairement maquillée pour respecter les sensibilités de chacun.

Quelques enfants perdus que parait-il on chercherait encore

Alors qu’ils sont peut-être tout simplement cachés derrière ces drapeaux. On demande aux parents de vérifier.

Et pour finir, cette triste nouvelle, la disparition brutale entre 17 h et 22 h vendredi soir de la petite Rose Edredon

Amoureusement confectionnée par Jade et toute sa famille et qui n’avait qu’une envie elle aussi : faire la fête. Mais un méchant prédateur sans cœur en a décidé autrement. Nous lançons donc à notre modeste échelle foliosaine un

Si vous avez la moindre piste, envoyer un mail à Au Coin Du Cercle qui enquêtera discrètement. Si vous êtes l’auteur de ce rapt inhumain et que le remord vous ronge, déposez la petite Rose devant la porte de l’église, il ne vous sera fait aucun mal, nous ne vous dénoncerons pas aux deux individus vus plus haut. Nous pourrions même aller jusqu’à payer la rançon quitte à tripler doubler la cotisation annuelle de nos 8 adhérents, mais pitié, rendez la petite à ses parents. Et la chaise aussi… s’il vous plait.

La suite au prochain article… Promis, ce sera plus gai… Désolé

Merci à Binet pour les Bidochons à Franquin pour son Gaston et à Gotlib pour la coccinelle

Publicités