2011-Katrin Wal(d)teufel

– Catherine Val quoi ?

– Katrin Wal(d)teufel mais on ne prononce pas le (d) c’est pour ça qu’il est entre parenthèses et puis ça fait joli non ? C’est original, comme l’artiste.

– Ben alors pourquoi y en a un de (d) ?

– Y a bien un (s) à Paris non ?

– Et ça vient d’où ça Wal(d)teufel ?

– Ça veut dire « le diable de la forêt » en allemand. C’est un nom d’origine alsacienne, c’est aussi celui de son aïeul Emile Waldteufel compositeur de musique dite à danser 

– Jamais entendu parler. Il est pas du tout connu le Emile.

– A l’étranger si, où il est surnommé le Strauss français. C’est essentiellement en France qu’il est oublié, mais tu connais au moins une de ses oeuvres sinon deux.

– Ça m’étonnerait !

– Ecoute ça : « Amour et printemps » repris comme générique du ciné-club sur Antenne 2. Et « La valse des patineurs »

– Ah oui évidemment. Et Katrin alors ?

– Quel talent, quel pétulance, quelle voix, quelle intelligence dans ses textes, quelle sublime reprise de « l’affiche rouge » d’Aragon et Ferré et puis Mr Cello et Cellito ses compagnons de scène : la classe. Elle nous a émus, bouleversifiés, enchantés, envoutés, charmés… Ah!!! Rhââ Lovely. Tu as vraiment raté quelque chose, c’est con t’aurais du venir.

– J’avais piscine… mais vu comme ça j’ai quelques regrets.

– Tu peux, et puis tiens, pour en mesurer encore plus l’étendue de tes regrets : son myspace et son premier album sur deezer. Mais rien ne vaut la scène, c’est moi qui te le dis, banane !

  

  

 

Merci à Katrin, à Jean-Michel au son, à Pascal Laborie à la lumière et à la Prod pour ces magnifiques moments de convivialité et de bonne humeur, avant, pendant et… après le spectacle.

Quant aux spectateurs absents, ils sont à peine excusés (sauf Yvan Dautin qui jouait ce soir là). Se priver de soirée comme celle-là sous prétexte qu’on a piscine, qu’on hésite longuement sur la pizza 4 fromages (au brie ou au Hollande ?), qu’il y a « danse avec les stars » sur Tespafin, que vos invités n’aiment pas le violoncelle, que c’est la crise, qu’on se demande qui va garder les gosses, que… etc… etc… c’est dommage, mais qu’y faire comme dirait Jack Bauer. (Celle-là, c’est 2 places pour le spectacle de Champaloux du 22 Janvier 2010 au premier qui comprend)

 

Publicités